• Historique
  • Galerie
  • reduire

    Le Château du Bois de la Noë
    «folie nantaise» du XVIIème Siècle

    En 1688, les plus anciens documents consultés attestent que la maison du Bois de la Noë appartient et est habitée par Isabelle Elisabeth Biré dont le cousin Maurille Biré est seigneur de la Sénaigerie à Bouaye. Isabelle, puis Thomas Biré habitent le Château du Bois de La Noë jusqu’en 1731.

    Au milieu du 18ème siècle, en 1749, Nicolas Arnous, important constructeur naval nantais, transforme La Noë en «folie nantaise» (demeure de campagne).

    Après quelques acheteurs intermédiaires, la propriété est revendue en l’an 11 (1803) à René Giraud et son épouse Marie-Anne Blanchard. La famille Giraud restera propriétaire du domaine jusque la fin du 19ème siècle. A cette époque, il s’étend sur 500 hectares avec des essences rares du monde entier, faisant du domaine la plus grande propriété foncière de la commune. En 1884, Pierre Auguste Giraud meurt et débute une succession longue et laborieuse. Celle-ci conduira au démantèlement du domaine : le château et une partie du parc seront vendus en 1892 au Comte de Melquié, les autres terres, fermes et maisons étant dispersées auprès de différents acheteurs locaux.

    Pendant la première guerre mondiale, le bourg de Bouaye est le lieu du cantonnement de la 28ème compagnie du 45ème Régiment territorial d’Infanterie. Le château du Bois de la Noë et ses dépendances sont réquisitionnés pour loger troupes et officiers.

    En 1918, le château du Bois de la Noë devient la propriété de M. et Mme Janning qui y exposent et vendent tableaux et antiquités. L’endroit est proposé comme but de promenade aux nantais, invités à se promener sous les ombrages du parc et à se rafraîchir à la laiterie du château.

    En 1927, M. Bonnet, entrepreneur à Alger, acquiert la Noë comme résidence de vacances en France. Le luxe et le confort moderne étaient largement présents. Le domaine est alors confié en gérance à M. Huguel, et devient un hôtel restaurant de luxe (Aristide Briand, Paul Bellamy, Gabriel Guist’hau et d’autres personnalités s’y rendront). Joseph Caillaud, Président du Conseil, de passage à Nantes, le 25 avril 1932, pour un meeting républicain doit y dîner, mais un incendie se déclare dans la tour ouest, obligeant les convives à se replier vers Rezé. Dans la nuit du 31 juillet 1934, éclate un second et important incendie. Le feu se propage rapidement, les secours se font attendre, et ce ne sera qu’au petit matin, que les pompiers de Nantes, appelés à la rescousse, pourront enfin maîtriser l’incendie. Les dégâts sont considérables. Le château est rapidement revendu en l’état à M. Guichaud qui le restaure pour y habiter avec sa famille.

    Pendant la seconde guerre mondiale, Le Bois de la Noë subit l’occupation allemande. Dans l’après-guerre, les Guichaud mettent leur parc à la disposition de nombreux spectacles ou kermesses paroissiales. Sous la pression de ses héritiers et de l’urbanisation de Bouaye, M. Guichaud décide de quitter la Noë en 1966 après avoir réalisé un lotissement dans une partie du parc et des bois avoisinants le château. Il ne reste, alors qu’un peu plus de 2 hectares de parc autour du château. Quatre familles s’ y succéderont jusqu’à l'arrivée en 2011 de Patricia et Philippe Gonnord qui reprennent l'activité gîte et chambres d'hôtes initié par leur prédécesseur et engagent depuis, des travaux de restauration du château.

  • reduire
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
    • Chateau de Noé - Bouaye
fermer